La crise financière à la version suédoise

la-crise-financiere-a-la-version-suedoise.jpg

La crise financière à la version suédoise

La crise financière a obligé l’intervention des États pour éviter un naufrage total du système bancaire. D’abord les États-Unis, puis le Royaume-Uni suivi de l’Union Européenne.

crise-financiere.jpg

Le plan de secours des britanniques, duquel les américains et les européens se sont inspirés, est aussi inspiré d’un petit pays qui a lui aussi connu une crise financière il y a quelques années, et qui a pris des mesures efficaces, il s’agit de la Suède. La Suède a résolu il y a seize ans, en toute discrétion, ce qui menace plusieurs économies aujourd’hui.

La crise financière suédoise de 1992

L’économie de la Suède était, certes, petites mais ouverte et énormément dépendante des exportations. Avant la crise financière, pour ne pas affecter le tarif des exportations à l’international, la banque centrale suédoise adoptait une politique de taux de change fixe. Puis, le gouvernement visait le maintien d’un faible taux de chômage. Puis, dans les années soixante, les principales industries du pays ont connu un ralentissement de leur productivité.

economie.jpg

Pour tenir son engagement, le gouvernement a accru ses dépenses, dépensant pour la réinsertion des chômeurs et haussant énormément l’emploi dans le secteur public. Mais cette politique coûteuse a empiré la situation, le gouvernement est obligé de s’endetter et d’augmenter l’impôt sur le revenu. Le taux de chômage très faible a cultivé une inflation des salaires. En résumé, le coût des exportations devait être maintenu fixe, alors que les salaires s’envolaient. La solution était de dévaluer la monnaie, déjouée à chaque fois par les syndicats qui les anticipaient pour obtenir les augmentations.

Les causes de la crise en Suède

Les causes de la crise financière en Suède étaient l’emprunt massif des banques en monnaie étrangère, le prêt massif en couronnes, ce qui engendrait une bulle immobilière, et un taux de change fixe insoutenable face à l’inflation.