Les dépenses publiques : définition et financement

les-depenses-publiques-definition-et-financement.jpg

Dans la gestion Publique, l’équilibre entre recettes et dépenses publiques reflète la stratégie de gestion et ainsi de la bonne gouvernance d’un Etat. Mais, en réalité l’on constate que plus de quart des Etats sont endettés et que leurs dépenses publiques sont supérieures à celles des recettes.  

A quoi correspondent les dépenses publiques ?

Pour faire avancer l’Etat dans son économie mondial, l’Administration procède à des dépenses liées à de nombreuses rubriques de développement du pays. Telles par exemples les dépenses relatives à la consommation, à la protection sociale et à la préservation du patrimoine de l’Etat et aux constructions, entretiens et réhabilitation des infrastructures publiques. Ainsi, elles engendrent tout d’abord les dépenses de fonctionnement à des fins de services publics  comme les salaires des fonctionnaires. Ensuite, les dépenses d’investissement comme la réhabilitation des hôpitaux publics, l’entretien des routes. Et enfin, les dépenses axées sur la protection sociale. Ces dépenses se présentent sous forme de prestations en numéraire comme la pension de retraite et de fourniture de services publics comme l’enseignement à titre gratuit. A cet effet, les dépenses publiques s’entendent par l’ensemble des dépenses effectuées par l’Etat par le biais de ces agents publics repartis dans des différents ministères et des collectivités territoriales.

Comment sont-elles financées ?

Les dépenses publiques se déduisent des recettes publiques de l’Etat. Chaque Etat a des sources de financement variées pour  assurer les dépenses publiques engagées par les administrations publiques. Toutefois, les financements plus ou moins similaires sont les fonds résultant de paiement d’impôts directs et indirects (impôt sur le revenu par exemple) et des taxes (taxe sur les produits importés et exportés). Puis, des cotisations sociales se traduisent en recette issue des paiements par les employeurs et les salariés.  Et enfin, des fonds résultant des différentes conventions d’aide ou de subvention que l’Etat en bénéficie ou des autres recettes de l’Etat.